VIDEOS

Découvrez davantage de vidéos et abonnez-vous à la chaîne Youtube

SESSIONS

Découvrez davantage de vidéos et abonnez-vous à la chaîne Youtube

musique


Retrouvez la musique de Martin Mey sur toutes les plateformes de téléchargement et streaming


Artiste touche-à-tout, à l’inspiration folk et soul, agrémentée de pop et d’electronica, Martin Mey tire, depuis qu’il a fredonné ses premières mélodies et esquissé ses premières notes, un fil rouge qui part du cœur et vibre par la voix.
Une voix singulière, claire, aérienne, incarnée, de celles si rares qu’elles parviennent à faire surgir de la douleur une puissante beauté.
A travers son premier EP Get Out And Live tout d’abord, puis son album Taking Off, Martin nous a déjà montré qu’il aimait jouer avec les harmonies et confirmé l’élégance et l’originalité de son univers : un monde des sentiments tout en clair-obscur, retenu et délicat, où règne une complicité totale entre l’auteur et l’auditeur.
Un monde agrémenté de projets et collaborations, avec Simon Henner (French 79, Nasser, Husbands) notamment, qui a pris les commandes de la réalisation de Taking Off. Toujours sur son premier album, Martin partage un surprenant featuring sur It Just Happens avec la talentueuse chanteuse Paulette Wright, qui marquera le début d’une collaboration encore vive à l’heure de la création de son nouveau projet.
Avec Gaël Blondeau (Chamade Beat) également, avec qui il forme Ghost of Christmas.
Avec Fred Nevché ensuite, avec lequel il compose et réalise en partie le nouveau projet Décibel / Valdevaqueros du poète marseillais, avant de l’accompagner en tournée.



Words (Without), la nouvelle création de Martin Mey, s’inscrit dans la continuité de son travail alliant la mélancolie d’influences électro-folk et l’esprit de communion immédiate inspiré de la pop.
Sur album, cette dualité se retrouve magnifiée par le travail de réalisation conduit en collaboration avec l’anglais MaJiKer et le travail de mix de Jo Pereira.
Il émane des onze titres de Words (Without) une délicate symbiose entre transe électrisante, rythmiques plus downtempo et divagations de voix et/ou de piano qui rappellent, si nécessaire, que Martin Mey est un redoutable compositeur doublé d’un chanteur et musicien remarquable.
Sur scène, de la performance solo de l’artiste entre claviers, machines et voix, s’échappe légitimement cette même alchimie entre prodige de l’intime et nécessité du moment partagé.
La puissance électronique invite à la danse, les boucles et samples initient échanges et confidences vocales avec le public, la scénographie en clair-obscur joue avec cette proximité entre éphémère et éternel.
Se profile alors au gré des morceaux tantôt minimaux tantôt plus produits et atmosphériques, une communion naturelle.
On se prend au jeu et on fredonne avec lui ; chacun devient un élément central de cette musique pop, folk, électro, singulière, solo et collective.
Alors, au gré des énergies, se tisse une intimité partagée par des harmonies amples et tranquilles, élégantes et puissantes.